Il est dit que l’image vaut mille mots.

C’est pour cela qu’il ne suffit pas d’écrire.

Il faut aussi, pour ne pas perdre son humanité, peindre, sculpter, danser, pleurer.

On nous a fait croire que cela ne se faisait plus comme du temps de César et des pharisiens de clouer le meilleur de tous, qui leur déplaisait le plus, sur un bout de bois. 

Le progrès étant ce qu’il est, immoler sur la place publique ne se fait plus.

Au XXIe siècle, ce qui se fait de mieux, consiste à faire pousser le bout de bois par en dedans de la multitude.

Quoique cela ait un meilleur effet, cela au moins, se voit moins.

ABEL DU XXIE SIÈCLE
ABEL de la multitude au XXIe siècle

©2022 Leopol Bourjoi bourjoi.com

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?