Il y a quelques jours de cela, lors d’une discussion sur Facebook au sujet de la conscience humaine, Jeanette, une ami artiste comme moi a mentionné qu’elle n’était pas chaude à l’idée que je fasse usage du vocabulaire freudien.

J’ai cru nécessaire d’apporter des précisions à ce sujet.

Je lui ai d’abord proposé de visionner deux vidéos.

Une vidéo sur la tendance qu’a l’hémisphère gauche à dominer et l’autre sur la source organique de la conscience.

C’est à voir. Il y en a un qui est de 18:43 minutes https://www.youtube.com/watch?v=LMrzdk_YnYY

L’autre de 11:43 minutes https://www.youtube.com/watch?v=dFs9WO2B8uI

À ces vidéos j’ai ajouté quelques mots.

Chère Jeanette, dans ce cas-ci je n’ai fait usage d’aucun des vocabulaires de Freud. Je n’ai jamais rencontré le personnage, mais j’ai beaucoup lu à son sujet ainsi que pas mal plus au sujet d’autres auteurs.

En 1969 Gustav Eckstein a publié un ouvrage de 800 pages intitulé «The body has a head» (Le corps a une tête). Il y explique que le cerveau est un organe comme un autre dont la fonction ultime consiste à faire vivre un corps. Cela ne sert pas à inventer des théorèmes. Seulement à inventer des théorèmes si cela fait vivre en société. Lorsque nous croyons que le cerveau pense, en fait il ne pense qu’à vivre. Par conséquent il est toujours subjectivement intéressé.

De plus je suis né infirme. Je le serai toute ma vie. Aucune science ne peut changer cela. Je sais pour cela pertinemment que la réalité, même biologique, ne répond pas aux souhaits de l’imaginaire narcissique.

J’ai également de Northrop Frye lu le livre intitulé «The Great Code: The Bible and Literature» (La bible code majeur de la littérature) démontrant le peu de liberté de pensée à la portée de l’occidental.

J’ajouterais que durant 25 ans j’ai occupé des emplois qu’on qualifiait de tue-mondes avec des hommes et des femmes qui comprenaient très bien qu’ils n’étaient pas des demi-dieux comme certaines élites aiment le croire. Ils comprenaient et acceptaient très bien les limites de leur nature d’organismes vivants vulnérables.

Ils n’ont jamais cru que leur EGO était la meilleure part de leur vie. Socialement la plus vaniteuse peut-être, mais sans plus. J’ai travaillé quelques années dans une usine de 500 salariés. Aucun de ces 500 ouvriers ne pouvait douter du peu d’importance finalement de son ego puisque tous savaient que seulement 8% d’entre eux atteindraient l’âge de 65 ans.

J’ai travaillé avec un homme qu’on surnommait Punché. Plus jeune il avait été boxeur. Il avait reçu un coup violent à la tempe. Le traumatisme lui avait fait perdre 20% de ses capacités cognitives et pas mal plus de la vanité narcissique de son ego.

L’ego humain est une invention sociale produite par les exigences de la multitude urbaine. L’ego est une innovation sociale récente qui permet de négocier avec d’autres entités sociales dans un environnement urbain devenu beaucoup trop complexe pour que les simples instincts puissent y arriver.

Nous ne cessons pas d’oublier la phrase de Protagoras qui aurait affirmé que l’homme est la mesure de toutes choses dans le ciel et sur la terre … pour l’homme … À cela, j’ajouterais seulement pour l’homme par l’homme.

EGOdeDosGRISWeb

20 espèces d’hominidés nous ont précédés au cours de l’évolution de la vie. Toutes ont disparu au cours des derniers 6 à 7 millions d’années. Le dernier avant nous, le Néandertal, il y a 45 000 ans. Il avait un cerveau plus volumineux que le nôtre et il était plus fort. Est-ce que tu crois qu’il n’avait pas d’ego à faire valoir qui aurait été le pinacle de l’évolution de la vie comme nous le croyons ?

Finalement, je crois profondément que l’ego humain devrait rapidement apprendre à faire montre de beaucoup plus d’humilité.

Si cet ego n’arrive pas à reconnaître sa vraie place biologique dans l’évolution naturelle il disparaîtra tout simplement écrasé par le poids des technologies qui ne servent plus qu’à l’éloigner de son évolution naturelle.  Des technologies qui ne servent plus qu’à détruire l’environnement auquel il a mis des milliers de générations à s’adapter ainsi que tout ce qui vit et évolue depuis des millions d’années. Hélas!

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2018 Jonathan Gosselin - bourjoi.com

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?